Accueil > Article

Traffic - TrafficImage (1968)

Pistes :

1. You Can All Join In
2. Pearly Queen
3. Don't Be Sad
4. Who Knows What Tomorrow May Bring
5. Feelin' Alright?
6. Vagabond Virgin
7. Forty Thousand Headmen
8. Cryin' To Be Heard
9. No Time To Live
10. Means To An End


Musiciens :

Steve Winwood (clavier, piano, guitare, chant) - Dave Mason (guitare, basse, chant) - Chris Wood (batterie, saxo) - Jim Capaldi (batterie, claviers)

Critique :

Formé en 1967 par Steve Winwood, musicien déjà réputé (ancien Spencer Davis Band), Traffic sera également l'un des groupes anglais remarqués de la fin des années 60... Fortement influencés par les Beatles, Traffic sort, dès 1967, un premier album plus orienté pop dans son univers, déviant souvent vers du rock psyché, et du folk (qui tient à coeur à Dave Mason le guitariste). La fragilité des groupes de l'époque n'a pas épargné Traffic, qui se sépare rapidement de Mason, juste avant de le réintégrer, pour participer à la composition et l'enregistrement de leur deuxième disque éponyme, un petit bijou...

Traffic, le groupe, et Traffic, l'album, ce sont, avant tout, l'influence de deux hommes qui pratiquent souvent une musique aux antipodes l'un de l'autre. Steve Winwood, guitariste à ses heures, est principalement un clavier, un superbe organiste, souvent scotché à son Orgue Hammond, jouant sur un registre... plutôt fusion, genre rock jazzy. Mason a un univers bien plus acoustique, très folk. Et comme les deux hommes sont à l'initiative de la majeure partie de la création des morceaux, cela donne, au final, un album au mélange très riche... et aux changements de ton très fréquents!

Première onde de choc avec « Pearly Queen », deuxième morceau, à l'intro magique, puis une guitare rythmique funky sur un Orgue Hammond criant. Avant chaque refrain de la chanson, la guitare gronde, les solos s'envolent, sur un son assez acide… une pulsion rock puissante. Derrière, « Don't Be Sad », est l'un des exemples de morceaux pop folk réussis. Deuxième bouleversement du disque, « Who Knows What Tomorrow May Bring » est un nouvel essai jazz rock, où l'on ressent la domination de Winwood, et ses sons d'Orgue assez originaux (avec un putain de solo inspiré…). Il chante également remarquablement bien, lui qui est si souvent perfectible.

C'est également sur cet album que Mason accouche de l'une de ses oeuvres les plus populaires « Feelin' Alright ». Un morceau jazzy rock, rehaussé par le piano, et le jeu très subtil du batteur. En 1969, Joe Cocker la reprendra, et la hissera parmi les titres les plus connus de sa carrière.
« Cryin' To Be Heard » et « Means To An End » sont également les perles de fin de cet excellent album, certainement le meilleur de leur carrière, mais pas le seul valable…

Jean Jean

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


FLIGHTEarthHeaven To A Tortured MindThe New AbnormalCoups BasThe Night ChancersGigatonYou Know, Im Not Going Anywhere

DERNIERS AJOUTS


Une Bonne CarcasseCabaret VaubanCasino de Paris - 04.02.2020Run Ar Puns - 31.01.2020La Carene - 15.11.2019La Carne - 30.10.2019Interview - 13.09.2019Jeudis du Port - 15.08.2019

ALEATOIRES


Rock Stories vol. 1 et 2RisingThere Will Be A LightThe TakingBoireThe New AbnormalLive at the Bloomsbury TheatreNo Problem

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration