Accueil > Article

Blur - The Magic WhipImage (2015)

Pistes :

01. Lonesome Street
02. New World Towers
03. Go Out
04. Ice Cream Man
05. Thought I Was a Spaceman
06. I Broadcast
07. My Terracotta Heart
08. There are Too Many of Us
09. Ghost Ship
10. Pyongyang
11. Ong Ong
12. Mirror Ball

Musiciens :

Damon Albarn (chant, clavier, guitare) - Graham Coxon (guitare) - Alex James (basse) - Dave Rowntree (batterie)

Chronique :

The Magic Whip était un projet latent, presque inavoué, dont personne n’avait la certitude qu’il sortirait un jour. Damon Albarn y compris. La genèse retrace l’histoire d’un événement déclencheur : festival annulé au Japon qui amène le groupe au complet à Hong-Kong pour quelques jours, matériel à proximité et studio vacant à quelques encablures. Le terreau créatif de Coxon et Albarn étant hyper fertile, en cinq jours et sur la base de bribes issues du Garage Band d’Albarn, le projet prend forme. Ce ne sont que des mois plus tard qu’Albarn et surtout Graham Coxon et Stephen Street (producteur historique du groupe) travaillent à la finalisation de l’album.

Douze longues années après Think Tank, The Magic Whip est enfin la nouvelle production de l’un des fleurons de la Britpop nineties. Ce disque est extrêmement déroutant et demande une série approfondie d’écoutes, une bonne digestion et un esprit de synthèse. Car The Magic Whip est un disque bigarré voire presque incohérent par moment. Avec deux esprits géniaux, Blur n’a pas oublié de composer des bijoux de grandes chansons pop dont la plus belle pièce, aussi émotionnellement forte que sombre, s’appelle « There Are Too Many Of Us ». Une chanson de haut vol, tellement au-dessus du lot qu’elle entraîne un niveau d’exigence disproportionné, et qui confirme  – s’il fallait encore insister ? – que Damon Albarn est un monstre de composition.

Maniant subtilement, avec un savoir-faire hors norme, la pop et l’électro, Blur affiche une belle palette de réussites indéniables (« Lonesome Street », « Though I Was A Spaceman », « New World Towers »)  dont l’empreinte et les sonorités hongkongaises se font sentir par effluves légères. Malgré toute cette finesse mélodique, The Magic Whip et sa part d’ombre ont tendance à renvoyer au Everyday Robots, miraculeux album solo de son leader. Ce qui finit par faire perdre pied et regretter cette harmonie légèrement ébranlée par un empilement de bonnes chansons qui peinent à former un grand disque. Mais quel bon disque ! Schizophrénie, quand tu nous tiens…

Note Rocklegends : 4 /5

Jean Jean

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


DébranchéBrothers In IdealsColoradoKiwanukaEverything Not Saved But Lost, Pt. 2Two HandsHot MotionMaking Sense Of 8

DERNIERS AJOUTS


Casino de Paris - 04.02.2020Run Ar Puns - 31.01.2020La Carene - 15.11.2019La Carène - 30.10.2019Interview - 13.09.2019Jeudis du Port - 15.08.2019Jeudis du Port - 25.07.2019Interview - 18.07.2019

ALEATOIRES


Rust In PeaceRun Ar Puns - 31.01.2020Title KHarvestUkulele SongsHow The West Was WonListenPOPB - 20.06.2006

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration