Accueil > Article

The Strokes - The New AbnormalImage (2020)

Pistes :

 

01. The Adults Are Talking

02. Selfless

03. Brooklyn Bridge to Chorus

04. Bad Decisions

05. Eternal Summer

06. At the Door

07. Why Are Sundays So Depressin

08. Not the Same Anymore

09. Ode to the Mets

 

 

Musiciens :

 

Julian Casablancas (chant) - Nick Valensi (guitare) - Albert Hammond Jr (guitare) - Nikolai Fraiture (basse) - Fab Moretti (batterie)

 

Chronique :

 

Dès qu’il s’agit d’un album des Strokes, l’attente est toujours irrémédiablement de mise. Il faut dire que le précédent, Comedown Machine, date de 2013 ! Entre temps, les discordes ont germé avant de s’effacer doucement. Le groupe a bien sûr ses détracteurs mais il lui reste un gros crédit auprès des amateurs de rock pour une raison évidente : outre l’impact phénoménale de This Is It sur la résurgence du rock à l’essor du nouveau millénaire, les new yorkais n’ont jamais sorti un mauvais album, le genre de disque déshonorant. Pas tous au même niveau, certes, mais aucun ne ferait honte à Tonton Mitchell à Thanksgiving ou aussi pâle figure que le dernier Black Keys en date, Let’s Rock.

 

The New Abnormal perpétue donc cette tradition. Derrière la splendide œuvre de Basquiat, Bird On Money, se dévoile un album attachant à double détente. La première écoute dévoile déjà un nouveau marqueur de ce disque : ici, aucune urgence mélodique, jamais Casablancas ne s’égosille. Au mieux, le disque s’envole sur quelques titres dansants bien branlés au spectre eighties embarquant des synthés généreux (le terrible morceau d’ouverture « The Adults Are Talking » ou « Brooklyn Bridge To Chorus »). La construction mélodique mérite à nouveau ce qui a fait la réputation du groupe. Même les ballades au premier abord les plus classiques (« Selfless ») ou les plus modernistes (« Why Are Sundays So Depressing ») bénéficient d’un travail de haute couture sur les guitares avec ce style ultra personnel d’Albert Hammond Jr et Nick Valensi. « At The Door » marque même l’un des grands titres synthétiques du disque. Le chant de Casablancas est saisissant, peut-être le meilleur qu’il ait jamais proposé. Posé, varié, utilisant toute son amplitude, il accompagne parfaitement ces chansons contrastées. Autre fait marquant, la production confiée à Rick Rubin. L’immense barbu est plutôt reconnu pour mettre sa patte sur des blockbusters lourds (AC/DC, Aerosmith, Red Hot Chili Peppers, Metallica) ou du hip hop (Run DMC, Public Enemy, Eminem). Mais rarement la production d’un album des Strokes n’a été aussi lisible et puissante.

 

Tout n’est pas absolument mémorable, soyons lucide. Mais ces 9 chansons se consument à petit feu et demandent une deuxième lecture, elles exigent les écoutes répétées pour en maîtriser les subtilités. Sans quoi, elles peuvent laisser des lendemains difficiles.

 

Note : 3½ /5

 

Jean

 

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


FLIGHTEarthHeaven To A Tortured MindThe New AbnormalCoups BasThe Night ChancersGigatonYou Know, I’m Not Going Anywhere

DERNIERS AJOUTS


Une Bonne CarcasseCabaret VaubanCasino de Paris - 04.02.2020Run Ar Puns - 31.01.2020La Carene - 15.11.2019La Carčne - 30.10.2019Interview - 13.09.2019Jeudis du Port - 15.08.2019

ALEATOIRES


Fight For Your MindDead Men ChroniclesFrancis Trouble2007 in RockL'Etage - 26.01.2019CongratulationsI Bet On SkyThe Getaway

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration