Accueil > Article

FFF, Last Train - Le Mas Des Escaravatiers - 22.02.2017Image (2017)

Crédit :

 

© Eric Thibault

 

Date et lieu :

 

Le Mas des Escaravatiers, Puget sur Argens – 22 juillet 2017

 

Live report :

 

Les premiers sont alsaciens, viennent de sortir un album et de se farcir une tournée de 250 dates. Avec leurs bonnes bouilles et un petit air de pas y toucher, ils ont, en grande détente, monté leur label et agence de booking entre 2-3 gigs en Asie et quelques ouvertures pour Placebo ou Muse… Ben voyons. Les suivants…grand dieu les suivants ! Que dire qui n’ait pas déjà été dit. Ils sont un peu comme un 38 tonnes lancé à 140 sur la nationale 7. Ils sont à la scène ce que l’acide sulfurique est à la nitroglycérine. Si George Clinton et Ozzy Osbourne avaient eu une liaison, ils auraient enfanté chacun des membres de ce putain de groupe. Mesdames et Messieurs, ce 22 juillet Le mas des Escaravatiers de Puget sur Argens recevait Last Train et FFF et je ne pouvais pas ne pas y être.

 

A la bourre. Comprendra qui pourra c’est mon truc du moment. Je m’en mords bien les doigts en voyant les mulhousiens déjà trempés de sueur mais je n’en ai pas raté tant que ça: happée par l’électricité ambiante et pas tellement surprise, je constate qu’ils tapent d’entrée en dessous de la ceinture avec le joli combo « Between Wounds/Way out/Dropped By The Doves ». Cet univers puissant, gras et moite stoner, blues et pop colle aux fringues et à l’âme. Entre chien et loup le mas prend cher… mais le mas en veut encore. « Jane ». L’hymne grungesque, superbe dans cet écrin de verdure et de vieilles pierres. Puis « House On The Moon », « One side Road », « Golden Songs ». Contraste entre rigueur et folie, précision et désinvolture, ils sont méthodiques, besogneux mais habités et presque possédés. Le grain brisé et tranchant, Jean-Noël est ce leader charismatique et généreux, Julien, Tim et Antoine, solides, concrets. Ces quatre-là se sont trouvés, c’est bien fait pour eux et  c’est tant mieux pour nous. L’alchimie éclate à nouveau avec « Time » et le ténébreux « Leaving You Now ». Le très espéré « Fire » clôture en beauté ce set de dix morceaux dans une transe lumineuse.

 

Une bière, une ballade autour de la piscine et cette chouette sensation à chaque fois que je viens ici : une atmosphère si familiale que je ne serais qu’à moitié surprise de voir ma mère sortir de derrière le bar avec une marmite de couscous boulette à bout de bras. 

 

Round 2: Marco Prince le bien nommé et sa ravissante acolyte Adelaïde débarquent sautillants, trombone en bouche…Et le reste de la troupe de leur emboiter le pas avec flamboyance, dont un Niktus en cagoule à fourrure bleu ciel d’un goût exquis. L’intro explosive dérive sur « Le Pire Et Le Meilleur ». Chaque atome d’oxygène, chaque centimètre carré de la colline implose d’un groove redoutable. Les parisiens se sont faits rares il est vrai mais ils nous font savoir que nous n’avons rien perdu pour les attendre. Les très rock « Silver Groover » et « Stone To The Bone » maintiennent habilement la pression de départ. Morphée, hypnotique, moins dansant, pas moins torride pour autant, l’occasion de constater la justesse du Marco live. Bluffant. « Keep On (…???) », « Hot thing », « Monkey » : ou comment les patrons de la scène funk/rock, earthquaker du show, assoient définitivement leurs positions hiérarchiques: Plus catchy tu meurs. 

 

Retour aux sources avec « AC2N ». J’ai toujours adoré ce morceau. A la demande de nos hôtes c’est une forêt de doigts d’honneur qui s’élève dans la foule, message directement adressé à « ceux qui veulent nous empêcher de vivre ensemble et heureux ». AMEN MON FRERE, dit la mère de famille en moi. Ils pensent en finir avec nous sur « Barbès ». Morceau génial et emblématique… et ils se fourrent le majeur dans l’œil !

 

Du coup ils reviennent pas pour rien avec « Knock You Down », Marco nous demande de laisser s’exprimer le petit bamboula qui sommeille en nous. Sur « Niggalize It », mon bamboula à moi il fait du branche à branche dans les oliviers.

 

Aller quoi…un dernier pour la route? « Wrey Sem », avec Krichou qui chante sur son Cajon et tout, et tout… 

 

C’était chanmé! A très vite ! Merci Le mas !

 

Sheena

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


Lotta Sea LiceAs You WereProphets Of RageConcrete And GoldColossusThe Road Part 1VillainsDeath Express

DERNIERS AJOUTS


Le Mas Des Escaravatiers - 22.02.2017Festival des Vieilles Charrues - 15.07.2017Rock Werchter - 30.06.2017Stade de France - 07.09.2017Rock Werchter - 29.06.2017Interview - 24.04.2017Armorica - 25.02.2017Elysee Montmartre - 23.01.2017

ALEATOIRES


Apocalyptic LoveLP 1Good Morning SpiderEurockéennes de Belfort3121Jeff BeckMick TaylorStadium Arcadium

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration