Accueil > Article

OAKS - Les Matins Mauves (Qui Font Suite Aux Nuits Blanches)Image (2018)

Pistes :

 

01. Les matins mauves

02. De ce monde

03. Le Japon dans ma chambre

04. Les fins d’hiver

05. Mon insoumise

06. Petit homme

07. Mon coeur est une ville

08. Toujours sourire

09. Les erreurs de ce monde

10. Qui veut ma place

 

Musiciens :

 

P.H. Welsh (chant, guitare) — Luc Durand (batterie, percussions) — Elie Gaulin (guitare, chant) — Bruno Ramos (basse, clavier).

 

Chronique :

 

Oaks – lisez Only Alan Knows – fête seulement ces cinq ans d’existence avec ce deuxième album et déjà une volte-face spectaculaire. Leur premier album, A Modern Tale, essaimait un rock anglo-saxon tirant sur les US, naturellement chanté en anglais. De ce rock organique, épuré et très direct, Oaks s’en est un peu détaché et s’est déporté vers une musique plus sophistiquée, alimentée d’effluves électro en filigrane et racontée en français. La voix particulière et lancinante de P.H. Welsh s’exprime mieux ici dans un registre qui n’est pas sans rappeler l’élégance grisante et la nonchalance relative d’Alain Bashung. 

 

Même s’il exige une répétition d’écoutes minutieuses, Les Matins Mauve démarre sur un brelan de chansons colossales. Dès son entame sur cette chanson éponyme, l’album libère son essence singulière avec une cabriole pop des plus élégantes. Surprenant de délicatesse, Oaks embraye sur une complainte folk capiteuse, grosse ligne de basse en fond, arpèges habiles et riffs Wah Wah pour alimenter le tout. Splendide. Pas encore rassasié, le groupe nous immerge dans un voyage lyrique au fin fond d’un Japon occidentalisé. Délicat, malin et plutôt original, ce groove froid dément, fendu d’une guitare bluesy poisseuse, est l’un des sommets du disque. 

 

Derrière ce trio fatidique et hors norme, l’album navigue entre pop méritante (« Les Fins D’Hiver », « Petit Homme »), ballade tranchante à deux voix (magnifique « Mon Insoumise »), punk encostardé et délétère (« Toujours Sourire ») avant d’offrir un dernier verre sur les quais de Montparnasse (« Qui Veut Ma Place »). Ce riff chaloupé et encore cradingue s’achève sur un solo de guitar hero, toujours d’une grâce évidente. Niché au fond d’un fauteuil club cuir capitonné, Bourbon dans la main à refaire le monde, ce disque risque de faire taire les débats pour s’attirer toutes les oreilles avisées. 

 

Note Rocklegends : 3½ /5

 

Jean

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


Shiny et Oh So Bright, Vol. 1Anthem Of The Peaceful ArmyJassbustersGood DayFor EverMichael Nau & The Mighty ThreadRaise VibrationCoup De Grace

DERNIERS AJOUTS


Run Ar Puns - 12.12.2018La Carene - 18.11.2018Espace Malraux - 14.11.2018Le Quartz - 27.10.2018Rock Werchter - 08.07.2018Festival des Vieilles Charrues - 19.07.2018Rock Werchter - 07.07.2018Download Festival France - 15-17 juin 2018

ALEATOIRES


Mighty RearrangerSticky FingersFestival des Vieilles CharruesBad ReputationOlympia - 03.02.2012I Quit You Dead CityMGMTLive At Slane Castle

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration