Accueil > Article

ROKH - Dätcha MandalaImage (2017)

Pistes :

 

01. Have You Seen The Light ?

02. Da Blues

03. Misery

04. Anâhata

05. Uncommon Travel

06. Smiling Man

07. Human Free

08. Loot

 

Musiciens :

 

Ici Jb - Jérem - Nico

 

Chronique :

 

Il ont invoqué Odin Théné, Loki, Hecate. Ils se sont connectés aux énergies créatrices, ont reçu les initiations et les bénédictions, célébré et fait descendre la lune. Arabesques électriques rondes et rauques, motifs cachemire peau de bêtes et Oliban. Batterie velours instinctive, ambre et Patchouli. Volutes de basse, sur tapis persans, effluves de myrrhe et de sauge. 

 

Comment trois bordelais ont, par une belle soirée de fin d’été, chamanisé le stade de France en ouverture pour les Insus, et du même coup renversé le cœur toute la planète rock hexagonale. Recueil de filtres d’amour et autres charmes et sortilèges, leur premier album Rokh s’en vient ce 10 novembre 2017, vous conter les mythes      et légendes du tréfonds des âges, portés par une expérience musicale ésotérique primale et délicieusement régressive.

 

Si la très élégante retenue des premières notes de « How You See The Light » verrouille d’entrée un goût très sûr en matière d’esthétique musicale, ce qui s’en suit dénote tout aussi clairement une profonde inclination pour le rock 70’s et pour le cachet inégalable du 100% analogique, ici brillamment conduis par Clive Martin.

 

Le manifeste « Da Blues » porte son titre comme un étendard et cristallise l’héritage Led Zep avec une classe incandescente. Romantisme noir, orchestration dramatique et théâtralité glamrock, le piano de « Misery » met en relief le timbre atypique de Nicolas et donne une profondeur mélancolique légèrement désuète au morceau. « Anâhata » : « Se réfère au concept védique d’un son non humain, le son du royaume céleste », « 4eme Charkhra centre du cœur, de l’équilibre et de l’amour » ou pour ceux que j’ai perdus en route, un hymne à la gratitude d’être en vie, une ode à la chouille super catchy qui apporte un message à peine subliminal d’une sagesse désarmante : soyez heureux, buvez du pif et n’oubliez pas de vous envoyer en l’air (enfin moi j’ai compris ça).

 

« Uncommon Travel » pue le road trip, vêtements crasseux, gasoil, poussière, rythmique rouleau compresseur, incantations tribales, riffs magnétiques et Ukulélé. Le voyage continue et sur la route, des personnages et des paysages sortis d’un film de Wes Anderson ou d’un Tarantino. Le désert et son vide irréel. La montagne et sa roche inaccessible, sa verdure entreprenante. La morsure de la glace, par dix degrés fahrenheit, sable d’ébène à Tenerife ou en Islande et poussière d’ange immaculée et brûlante sur une côte oubliée du Yucatan. « Smiling Man » travaille sur l’imaginaire et la réminiscence. Une orchestration remarquable qui floute les repères de temps et d’espace, annule les frontières, intemporalité toute puissante et exacerbation sensorielle. Cap sur l’Orient et la saveur cuivrée et épicée du sitar de « Human Free ». Rouge sang, bleu roi, safran et fuchsia. Célébration encore, amour toujours, l’enthousiasme éclatant, la paix aussi, la paix surtout.

 

Le grimoire se referme. Pas sans vous convier à un dernier esbat : « Loot ». Majestueux, magistral. Heavy stoner psyché-cosmique de haut vol. Tour à tour grave, désespéré puis apaisé.

 

Les mauvaises langues, les rabat-joie et les je-sais-tout ne manqueront pas de souligner l’absence d’innovation musicale majeure de cet opus. Ils n’ont qu’à retourner ramper sous leur rocher au fond de leur caverne miteuse pendant que nous autres nous délectons de la virtuosité musicale exceptionnelle de ce trio ainsi que de l’intelligence émotionnelle et de la passion qu’ils ont mis dans cette réalisation.

 

Je souhaite une longue et belle vie à Dätcha Mandala, tout le succès qui leur est dû avec cet album. Quand à vous mes amis inch’allah : peace, love, understanding, shalom y vaya con dios.

 

Note Rocklegends : 4 /5

 

Sheena

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


Boarding House ReachL'OiseleurFrancis TroubleRare BirdsThe End Of The F***ing WorldWP2Little Dark AgeAmour Chien Fou

DERNIERS AJOUTS


La Carène - 14.04.2018Le Rocher De Palmer - 29.03.2018The Bowery BallroomLa Carene - 17.02.2018Interview - 29.11.2017Interview - 13.12.2017AccorHotels Arena - 03.12.2017Cabaret Vauban - 29.11.2017

ALEATOIRES


The XXLiveLa Carène - 22.04.2011POP Bercy - 01.04.2009The End Of The F***ing WorldLazarettoFavorite Worst NightmareLive At Leeds

SORTIES DU MOIS


12 janvier 2018

Black Rebel Motorcycle Cub – Wrong Creatures

Shame – Songs Of Praise

Panda Bear – A Day With the Homies EP

 

19 janvier 2018

The Go! Team – Semicircle

tUnE-yArDs – I can feel you creep into my private life

The Limiñanas – Twisting the Shadow People

Porches – The House

Strand of Oaks – Harder Love 12-Inch

They Might Be Giants – I Like Fun

 

26 janvier 2018

Django Django – Marble Skies

No Age – Snares Like A Haircut

Calexico – The Thread That Keeps Us

Turin Brakes – Invisible Storm

Nils Frahm – All Melody

Ty Segall – Freedom’s Goblin

Field Music – Open Here

 

2 février 2018

Hookworms – Microshift

The Soft Moon – Criminal

WHY? – Moh Lehan Expanded

 

9 février 2018

Son Lux – Brighter Wounds

Franz Ferdinand – Always Ascending

The Wombats – Beautiful People Will Ruin Your Life

Palm – Rock Island

 

17 février

Belle and Sebastian – How to Solve Our Human Problems (ep Box Set)

Ought – Room Inside the World

The Orielles – Silver Dollar Moment

Loma – Loma

Marlon Williams – Make Way For Love

Robert Earl Thomas (Widowspeak) – Another Age

ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration