Accueil > Article

The Libertines - Olympia - 07.03.2016Image (2016)

Crédit photo :

© Kimberley Ross

Date et lieu :

L’Olympia, Paris – 07 février 2016

Live report :

Ce soir à l'Olympia, première date archi complète des deux escales prévues des Libertines. Après avoir embrasé le Zénith fin 2014 puis avoir laissé une impression plus mitigée (selon les dires...) à Rock En Seine l’an dernier, les anglais investissent la légendaire salle pour défendre Anthems For Doomed Youth.

John Hassal et Gary Powell apparaissent, suivis de la silhouette cabossée, démarche hésitante et haut de forme de Pete Doherty puis du chapeau et cuir cintré d’un Barât en jambe. Très vite, les Libertines rappellent ce qui a fait leur légende : des hymnes solides, une alchimie guitares-voix entre les deux (faux) frangins rabibochés et un enthousiasme juvénile communicatif. Et bien sûr, ce jeu incomparable qui amène tour à tour Pete et Carl à prendre la rythmique et à s'arracher le lead. Les guitares virevoltes, les rythmiques volent en éclat, certains diront que les fausses notes sont légions, d’autres comprendront que ce rock (encore) garage a gardé ce côté foutraque et cette fraîcheur adolescente.

Le début du show est déjà électrique mais relativement raisonnable. Pete est devenu sobre (on n’a pas dit à jeun…) et du coup un peu moins loquace. Mais la température monte à mesure que les hymnes s’égrènent et à partir de « Boys In The Band » le set prend une autre forme, la chaleur monte et le groupe se lâche. Derrière, c’est la mitraillette sonore, « Anthems For Doomed Youth », « The Man Who Would Be King », « Gunda Din » (qui rend hystérique une large partie du public), « Can’t Stand Me Now », une superbe version (Carl au piano) de « You’re My Waterloo », « Vertigo » jusqu’au Clashien « The Good Old Days ». Les boys sont bouillants et reviennent mettre une baffe au public volontairement maso de L’Olympia.

Le rappel est incandescent, chargé d’émotion avec « Music When the Lights Go Out », « Up The Bracket » puis Pete grille un fusible sur « What a Waster », il balance les pieds de micros dans le public… avec de propulser le cultissime « Don't Look Back Into the Sun » pour clore le débat. Drapeau français dans les pognes, il entame la Marseillaise reprise comme un symbole d’union (jack ?) par le public. We’re fuckin alive ! Putain d'soirée.

Jean

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


The Night ChancersGigatonYou Know, I’m Not Going AnywhereDixie BlurNever Not TogetherThe Slow RushDébranchéBrothers In Ideals

DERNIERS AJOUTS


Une Bonne CarcasseCabaret VaubanCasino de Paris - 04.02.2020Run Ar Puns - 31.01.2020La Carene - 15.11.2019La Carène - 30.10.2019Interview - 13.09.2019Jeudis du Port - 15.08.2019

ALEATOIRES


Post Pop DepressionLa Carene - 17.04.2018MedsPiece Of MindLive Around The World DébranchéInterview - 10.11.2011The Memory Machine

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration