Accueil > Article

The Rolling Stones - Let It BleedImage (1969)Incontournable

Pistes :

1. Gimme Shelter
2. Love In Vain
3. Country Honk
4. Live With Me
5. Let It Bleed
6. Midnight Rambler
7. You Got The Silver
8. Monkey Man
9. You Can't Always Get What You Want



Musiciens :

Mick Jagger (chant) - Keith Richards (guitare) - Nicky Hopkins (claviers, piano) - Brian Jones (claviers, guitare) - Charlie Watts (batterie) - Bill Wyman (basse) - Mick Taylor (guitare) - …

Critique :

Les Stones avaient prévenu : This record should be played loud. C'est inscrit sur la pochette intérieure du disque comme une envie, un conseil voire un ordre. Le groupe sort tout juste d'une période difficile. A peine soulagé d'une violente tempête judiciaire et d'un succès critique et commercial mitigé avec Their Satanic Majesties Request, le groupe enregistre l'excellent Beggars Banquet qui commence sérieusement à redresser la barre.

Le duo Jagger-Richards prend les rênes du groupe et composent et enregistre Let It Bleed quasiment sans l'aide de Brian Jones, guitariste fondateur des Stones, en pleine tourmente. Keith Richards assure quasiment à lui seul l'ensemble des parties de guitare, lead et rythmique avec une virtuosité impressionnante. Le 8 juin 1969, Jones quitte le groupe. Il décède un mois plus tard, le 3 juillet, remplacé par le jeune prodige Mick Taylor.

Immense de bout en bout, Let It Bleed est introduit par le monument rock n' roll « Gimme Shelter ». Keith envoie le bois sur le riff d'intro, Mick Watt cogne comme un sourd et Jagger chante avec arrogance d'une voix possédée. Il est appuyé par Merry Clayton, une choriste de rythm & blues. L'album défend une nouvelle fois le blues avec la reprise au coin du feu de Robert Johnson, « Love In Vain » et la country avec « Country Tonk », la version rêvée par Richards de « Honkey Tonk Women ».

Solide sur leurs pieds, les Stones jouent dans la cours des puissants. « Live With Me » est un titre bourré de testostérone où les guitares survitaminées de Richards et Taylor se frottent au saxo fulgurant de Bobby Keys. Comme enchaînement parfait, on n'attendait pas mieux que « Let It Bleed », « Midnight Rambler » et un peu plus loin « Monkey Man » et son intro piano magique soulevée par un vieux riff vicieux et les aboiements de Sir Jagger. Un album dantesque se doit de finir en apothéose. C'est chose faite avec le splendide tour de force « You Can't Get Always What You Want », autre classique des Stones.

Mais le pire avec Let It Bleed, c'est qu'il n'est que le premier disque d'une trilogie magique avec Sticky Fingers et Exile On Main Street.

Jean Jean

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


TenderlessRaw HoneyLet's RockHelp Us StrangerOffice PoliticsFurtherStupor MachineSeeing Other People

DERNIERS AJOUTS


Jeudis du Port - 15.08.2019Jeudis du Port - 25.07.2019Interview - 18.07.2019Le Bataclan - 13.05.2019Armorica - 09.03.2019Interview - 05.02.2018L'Etage - 26.01.2019Run Ar Puns - 12.12.2018

ALEATOIRES


La Carène - 23.05.2012The FirmAcmeWorld's Strongest ManRumoursScreamLangolvas - 26.11.2006Dossier Chinese Democracy

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration