Accueil > Article

Bertrand Cantat & Amor Fati - Le Rocher De Palmer - 29.03.2018Image (2018)

Crédit :

 

© Bacchus – Musiques en Live

 

Date et lieu :

 

Le Rocher de Plamer, Cenon – 29 mars 2018

 

Live report :

 

Il est 20h, le Rocher De Palmer arbore sa robe rouge métallique, sous un soleil pas déplaisant. Une estafette et quelques képis font le guet. Pas une asso à l’horizon, pas de tension, pas d’agression, ni BFM ? Juste le sentiment que l’on va pouvoir se concentrer sur l’essentiel : la musique. 

 

Le Rocher est plein à craquer de bordelaises, de bordelais et d’autres… dont au moins un breton paumé dans la ville des vins. Parce que depuis des mois, le concert est sold-out pour l’enfant du pays. Pour préparer le terrain, Foray, rouennais qui trimballe sa chanson française renforcée de beats électro-pop réussi à séduire le public déjà sévèrement entassé devant la scène. Drôle, sympa et attachant, il a fait son effet.

 

21h30, les lumières s’éteignent et la batterie claque grave, le synthé de Bruno Green pose l’atmosphère mélancolique d’« Amie Nuit ». Une silhouette reconnaissable entre mille, Bertrand Cantat empoigne le micro et chante. Et là, beaucoup de choses s’évaporent malgré cette ambivalence de sentiments. Cette voix familière qui retrace presque 30 ans de vie. N’y voyez pas là les mots d’un quasi-quadra nostalgique. Au contraire ! Cette voix, la plus grande, et ce chant chamanique sont juste inscrits au patrimoine du rock hexagonal. Ensuite, le hip hop revêche « Amor Fati » sonne le premier assaut, paroles naturellement chargées en électricité et quelques règlements de compte cinglants en toile de fond. Point. 

 

Sur cette première partie, l’ex-Noir Désir est discret, peu loquace mais ses sourires, comme des remerciements gênés, en disent long. En support, son groupe est soudé et calé aux petits oignons, emmené par l’indéracinable Pascal Humbert, parfait, comme toujours. Quelques beugleurs houblonnés en appellent bien entendu à « Tostaky » dès le début, Cantat se marre, « ça viendra ! ». Plus tard, Humbert remercie le public « Ça réchauffe car c’est de moins en moins facile ». Le set est un enchevêtrement lubrique de chansons d’Amor Fati (« Sillicon Valley », « Excuse My French »), de Detroit (« Sa Majesté », « Ange De Désolation ») et très peu de Noir Désir avec de purs moments de grâce et des réarrangements étincelants (« Ma Muse » et sa fin en trombe, « A l’Envers, A l’Endroit »…). Avant de lancer, guitare acoustique en main, la splendide « Pluies Diluviennes », Bertrand présente avec une émotion palpable jusqu’au fond de la salle, son père : « Il faut être fou pour sauter sur Diên Biên Phu, lui l’a fait ! ». Standing ovation pour Cantat père et tout nous ramène à la nature des choses : chaque homme a le droit à la dignité.

 

Libéré au fur et à mesure du show, Bertrand Cantat annonce le moment fatidique. « Tu es prêt ? ». L’excellent Nicolas Boyer chausse pour la première fois sa Les Paul. L’orage s’approche dangereusement... Le riff de « Tostaky » déboîte encore, terrible et carnassier. Bien sûr, le public exulte dans une cacophonie synchronisée. Quand la pluie de sagesse pourrit sur les trottoirs ? Qui oserait dire que « Tostaky » n’est pas le plus énorme morceau rock français, ever ? Au bord de l’asphyxie, impossible de reprendre son souffle, « Ici Paris » casse la baraque et « Lost » parachève ce brelan de brûlots. Noir Désir revisité par Amor Fati, comme Led Zeppelin revisité par The Sensational Space Shifters, c’est différent mais absolument pas creux. « Antraciteor » conclut paisiblement le set.

Quelques minutes de noir, non sans désir, et le groupe revient pour un rappel corpulent où s’enfilent « L’Homme Pressé » accompagné de cuivres groovy juste pour l’occasion, puis « Aujourd’hui », « Le Vent Nous Portera » et son solo légèrement jazz manouche. Cerise sur le gâteau le groupe joue « Marlène » mythique complainte de l’album Tostaky. Ce seront les dernières incantations de Bertrand Cantat & Amor Fati ce soir devant un public en transe.

 

Sourire aux lèvres, les gens sortent… seul un journaliste de France 3 vient interviewer quelques spectateurs. Pour parler musique ? Pas sûr. Dont acte. 

 

Jean

 

Setlist :

 

Retrouvez la setlist de Bertrand Cantat & Amor Fati au Rocher De Palmer.

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


Boarding House ReachL'OiseleurFrancis TroubleRare BirdsThe End Of The F***ing WorldWP2Little Dark AgeAmour Chien Fou

DERNIERS AJOUTS


La Carčne - 14.04.2018Le Rocher De Palmer - 29.03.2018The Bowery BallroomLa Carene - 17.02.2018Interview - 29.11.2017Interview - 13.12.2017AccorHotels Arena - 03.12.2017Cabaret Vauban - 29.11.2017

ALEATOIRES


Cabaret Vauban - 15.11.2012Sound & ColourFirt Impressions Of EarthSurfingI Bet On SkyCabaret Vauban - 26.10.2005Cheap thrillsNo Quarter

SORTIES DU MOIS


12 janvier 2018

Black Rebel Motorcycle Cub – Wrong Creatures

Shame – Songs Of Praise

Panda Bear – A Day With the Homies EP

 

19 janvier 2018

The Go! Team – Semicircle

tUnE-yArDs – I can feel you creep into my private life

The Limiñanas – Twisting the Shadow People

Porches – The House

Strand of Oaks – Harder Love 12-Inch

They Might Be Giants – I Like Fun

 

26 janvier 2018

Django Django – Marble Skies

No Age – Snares Like A Haircut

Calexico – The Thread That Keeps Us

Turin Brakes – Invisible Storm

Nils Frahm – All Melody

Ty Segall – Freedom’s Goblin

Field Music – Open Here

 

2 février 2018

Hookworms – Microshift

The Soft Moon – Criminal

WHY? – Moh Lehan Expanded

 

9 février 2018

Son Lux – Brighter Wounds

Franz Ferdinand – Always Ascending

The Wombats – Beautiful People Will Ruin Your Life

Palm – Rock Island

 

17 février

Belle and Sebastian – How to Solve Our Human Problems (ep Box Set)

Ought – Room Inside the World

The Orielles – Silver Dollar Moment

Loma – Loma

Marlon Williams – Make Way For Love

Robert Earl Thomas (Widowspeak) – Another Age

ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration